Axelle REMEAUD – PARIS, France – Contemporary Artist

Axelle Remeaud‘s art brings lyrics by the Velvet Underground to mind “She’s just a little tease…” to which the chorus replies “she’s a femme fatale…”. Indeed, women can be both, playful and deadly serious, and this juxtaposition is the constant in Axelle’s installations and sculptures as nothing else seems to be. Unattached to a medium or any particular technique, she goes back and forth between delicately suggestive drawings to miniature resin sculptures that perfectly mimic Barbie’s famous pair of stilettos. Between idea and object, using one as a tool to understanding the other in no particular order, Axelle expresses a powerful paradox, rules exist to be broken and in the cracks lies the essence of life, womanhood and Art, if one cares to look closely enough.

This slideshow requires JavaScript.

ALOUD: Axelle, peux-tu décrire ton parcours dans le domaine de l’art? D’où te vient cette passion?

(Axelle, could you describe your journey as an artist? Where does your passion come from?)

AXELLE REMEAUD: Je ne sais pas trop d’où ça vient mais j’ai toujours un peu bricolé. J’avais un véritable plaisir à découvrir la matière. J’ai compris très vite que c’était le choix des matériaux qui m’importait, plus qu’une technique ou méthode. C’est aux Beaux-Arts qu’est vraiment venue cette découverte de différentes techniques que ce soit informatique, video ou sculpture et en sortant, j’ai vu qu’il fallait que je continue. C’était comme une sorte d’évidence. Ça ne m’a pas quitté, au contraire, au fil des années, c’est de plus en plus intense. 

(I am not quite sure where it comes from but I was always fiddling with bits and pieces. I took real pleasure in the discovery of the materials. I soon realised that it was choosing the materials that mattered to me, as opposed to a technique or a method. It’s while studying Fine Arts that I was able to delve into various techniques whether it was digital, film or sculpture and when I graduated, I knew I had to pursue it. It seemed like an evidence. It hasn’t left me, on the contrary, as time goes by, it becomes more intense.)

ALOUD: De quelle façon dirais-tu que les Beaux-Arts t’ont préparé (ou pas) à la vie d’artiste?

(In which ways would you say studying Fine Arts prepared you (or not) to the artist’s life?)

AXELLE: Je ne crois pas que ça prépare réellement au métier d’artiste. Au contraire, on vit dans une bulle et on ne nous dit pas finalement qu’après, c’est extrêmement difficile. Monter des dossiers, les appels à projets, les notes d’intention. On se forme tout seul. C’est une école très riche mais il manque simplement des cours de … “réalité” (rires). Il y a un pourcentage minime qui continue après l’école parce qu’en sortant, on se retrouve réellement tout seul.

(I don’t think that it really prepares for the artistic profession. On the contrary, we live inside a bubble and no one actually tells us that afterwards, it is extremely challenging. Writing grant applications, Competitions. You learn all that on your own. It is a very rich school but it just lacks … “reality classes” (laughs). Only a fraction of people continue after graduating and that’s because when you get out, you really are on your own.)

ALOUD: Comment s’est passé cette transition justement après les Beaux-Arts?

(How was the transition after finishing Fine Arts?) 

AXELLE: J’ai trouvé tout de suite un atelier à Montreuil. J’ai revu une amie qui continuait et je voyais bien que c’était possible sans avoir énormément d’argent. Au début, je n’ai pas beaucoup produit parce que j’étais dans un état d’excitation où j’essayais de mettre des choses en place. C’était frustrant mais je savais qu’il fallait continuer. Entant qu’artiste, on choisi une carrière qui est loin d’être évidente mais il faut y aller sinon, ça ne marchera pas, c’est sûr. 

(I quickly found a studio on the outskirts of Paris. I caught up with a friend who was pursuing it and I could tell it was possible even without heaps of money. At first, I didn’t produce very much because I was in an agitated state trying to get things going. It was frustrating but I knew I had to continue. As an artist, you choose a challenging career but you have to go for it, otherwise it won’t work, that’s certain.)

ALOUD: Est-ce que tu peux décrire ton travail et tes intentions?

(Could you describe your work and your intentions?)

AXELLE: Je travaille sur le genre au sens large, masculin, féminin, trans-genre. Je travaille beaucoup sur la femme. Je la considère comme le corps de mon oeuvre. J’utilise beaucoup de stéréotypes que je décline à l’infini, je joues pas mal sur l’humour également. J’aime jouer sur “l’envers d’un décor”. Mes sculptures ou installations peuvent paraitrent très séduisantes au premier abord mais lorsqu’on s’approche, on découvre quelque chose de beaucoup plus sombre, sournois, un peu espiègle. La matière est pour moi un outil sensoriel de découverte. Je joues sur l’ambiguïté de réellement s’approcher pour voir ce que je donne à voir.

(I work on genre in the broad sense of the word, masculine, feminine, trans-genre. I work a lot on the woman as a concept. I consider her to be the body of my work. I use stereotypes a lot, which I create endless variations on, I use humor as well. I like to play with the idea of a “flip side”. My sculptures or installations can seem very seductive at first but as one gets closer, one is confronted with something darker, cunning, a little bit mischievous. Materials are for me a sensory tool for discovery. I play with the ambiguity of having to lean in closer to see what I am actually showing.)

ALOUD: D’où vient cette fascination pour ces thème que tu explores? Les stéréotypes féminins, la séduction?

(Where does this fascination for these themes you explore come from? Gender stereotypes, seduction?)

AXELLE: Ça s’est mis en place assez tôt dans mon travail et c’est quelque chose qui a évolué. Entant que jeune femme, je pense aussi simplement, que j’avais envie de jouer sur ces codes qu’on nous attribue. La vie c’est aussi ça, renverser la balance et se foutre un peu des règles. L’oeuvre n’est pas sage. Elle peut paraître jolie mais peut être beaucoup plus piquante aussi.

(It started influencing my work quite early on and it has evolved ever since. As a young woman, I think quite simply, that I wanted to play with these codes we are handed over. Life is also about that, flipping the scales and stopping to care about rules once in a while. The work is not demure. She can seem lovely but she can also be much sharper.)

ALOUD: Quand je regarde sur ton blog, ce que je trouve frappant, au-delà même du thème, est que tu explores une idée de mille manières et que tu n’es pas du tout ancrée dans un médium particulier. Est-ce que tu as toujours voulu travailler avec toutes sortes de médiums?

(When I browse your blog, what I find striking, beyond the theme itself, is that you explore an idea in a thousand ways and that you are not at all anchored in a particular medium. Have you always wanted to work with all kinds of materials?) 

AXELLE: Oui, quand j’ai une idée, je ne sais jamais vraiment quel sera le résultat final. J’ai toujours envie d’apprendre, de découvrir d’autres matériaux, d’autres médiums et je pense que c’est ça qui fait aussi sens dans une oeuvre. Je pense que chaque matériaux, chaque médium a quelque chose de nouveau à dire. Mon atelier est une sorte de petit cabinet de curiosités et d’expérimentation. J’ai toujours envie d’aller plus loin dans la recherche.

(Yes, when I have an idea, I can never really know what the final result will be. I always want to learn, to discover new materials, new media and I think that this also adds meaning to the work. I think that every material, every medium has something new to say. My studio is like a little chamber of curiosities and experimentations. I always want to go further in my research.)

ALOUD: Comment dirais-tu que ton travail a évolué au fil des années? Plus d’humour, plus noir, plus léger?

(How would you say your work has evolved over the years? More humor, darker, lighter?)

AXELLE: Je pense qu’il devient peut-être plus fin avec une certaine maturité. On vieillit, c’est normal. L’humour? je ne sais pas si j’ai plus d’humour, peut-être moins (rires). Plus noir, peut-être. Plus léger, je ne crois pas. J’essaye de brouiller les pistes et peut-être qu’avec le temps, je deviens un peu plus piquante. Je pense que c’est moins naïf qu’au début. 

(I think that it might be more refined with a certain maturity. We get older, it’s normal. Funnier? I don’t know if I have more humor, maybe less (laughs). Darker, maybe. Lighter, I don’t think so. I try to blur the lines and maybe with time, I am becoming sharper. I think it is less naive than when I started.)

ALOUD: D’où puises-tu l’inspiration pour aller plus loin et pousser tes idées?

(Where do you seek inspiration to always push your ideas further?)

AXELLE: Dans la littérature et dans la vie de tous les jours. On se nourrit beaucoup de ce que l’on voit. On prend des choses qu’on malaxe et qu’on ressort différemment. Les expos, la littérature, les échanges, le langage. Le langage est extrêmement important.

(In Literature and in daily life. I am nourished by what I see. I take things in that I massage and bring back out differently. Exhibitions, literature, interactions, language. Language is extremely important to me.)

ALOUD: Est-ce que de travailler pour toi-même etait un aspect important dans ton choix de métier?

(Was working for yourself an important aspect in choosing this career?)

AXELLE: Je le pense. C’est une sorte de mise en danger dans le bon sens du terme.

(I think so. It’s like putting yourself in danger, but in a good way.)

ALOUD: Que penses-tu de cette citation “Choisis un métier que tu aimes et tu ne travailleras pas un seul jour de ta vie.”?

(What do you think of this quote “Choose a job you love and you will not work a single day in your life.”?)

AXELLE: Dans la mesure où l’on choisit réellement ce qu’on a envie de faire, ça ne devient plus une contrainte. C’est vraiment ça, c’est une question de choix et on peut toujours s’arranger pour faire ce que l’on veut. C’est pas toujours évident mais il faut se faire violence et prendre des risques. Je vois des personnes qui ne sont pas du tout épanouies dans ce qu’elles font, comme si c’était une fatalité. On peut vraiment faire ce que l’on veut mais on doit faire des choix, c’est une question de courage.

(From the moment one chooses exactly what one wants, it stops being a burden. That’s really it, it’s a matter of choice and one can always find ways to do what one wants. It’s not always easy but one has to show discipline and take some chances. I see people who are not at all thriving in what they do, as though it was unavoidable. One can really do what one wants but one must make choices, it comes down to courage.)

ALOUD: Est-ce que tu es complètement toi-même dans ton art? 

(Are you completely yourself in your work?)

AXELLE: Oui, je pense être moi-même mais je montre quelque chose à voir, je ne parle pas de moi. Je pense que c’est important de dissocier. Je fais quelque chose pour les autres. L’Art ne dit pas “c’est ça que tu dois voir”, les gens devraient pouvoir se projeter et imaginer leur histoire, leur propre questionnement. Je fais très attention aussi à ne pas m’autocensurer. 

(Yes, I believe I am myself but I am showing something, I am not talking about myself. I think it is important to make that distinction. I do something that is ultimately for others. Art does not say “this is what you should see”, people should be able to project themselves, imagine their own story, their own questions. I am also very careful not to self-censor.)

ALOUD: Est-ce que tu définis une limite entre ta vie et ton travail?

(Do you define a limit between your life and your work?)

AXELLE: Mon travail fait partie de ma vie donc je ne pense pas établir de limite. Ce serait me retenir. Au contraire, je travaille pour qu’il n’y en ait pas. 

(My work is part of my life so I don’t think I am setting a limit. That would be holding myself back. On the contrary, I work for it not to be one.)

ALOUD: Qu’aimerais-tu voir dans ton futur professionnel?

(What would you like to see in your professional future?)

AXELLE: Que des expositions! Et de pouvoir en vivre. Ça prendra du temps mais de faire ça a plein temps, sans pression alimentaire et être entièrement libre de faire toute la journée. Ce serait l’idéal.

(Only exhibitions! And for that to be my livelihood. It will take some time but to do it full-time, and to be completely free to create all day long. That would be ideal.)

ALOUD: Pourquoi est-ce que les risques en valent la peine?

(Why are the risks worth the rewards?)

AXELLE: C’est un épanouissement personnel gigantesque et des rencontres incroyables. Je ne sais pas s’il y a une finalité dans ce genre de travail parce qu’on avancera toujours et on créera toujours mais je pense que c’est important de tout remettre en question et de prendre des risques. Je pense que si c’était trop simple, ce serait peut-être moins satisfaisant.

(It is a huge personal fulfillment and incredible encounters. I don’t think that you can ever be done in this kind of work because you keep going further and will always create but I think it is important to question what is established and take chances. I think that if it was too easy, it wouldn’t be nearly as satisfying.)

To see more of Axelle’s work, visit her blog here. If you happen to be in Paris in the coming weeks and months, you might just be lucky enough to see Axelle’s body of work in the flesh at the following exhibitions which include her very first solo show :

15 may to 31 may : « la phrase était longue… » La Générale en Manufacture à Sèvres. 10 to 15 August: festival far des Arts vivants /Nyon au centre culturel suisse (CCS) de Paris. 14 to 30 August: Sommer Bar / Tanz (Berlin). 1 to 15 septembre: exposition personnelle « galerie la tour » (Paris). 14 september to 23 octobrer « Vanitas, vanitatum, vanités contemporaines… » Biennale d’Issy-les-Moulineaux.

Axelle Remeaud was recommended by Lea Rinaldi, a talented independent film-maker.

Become a fan of the Aloud. Facebook page to see more links to previous profiles and additional links to websites, films, Art and more. You can also subscribe to this blog and receive regular updates directly to your email.

Advertisements

3 comments

  1. Jane

    Je crois qu’on voit rarement une/un artiste qui s’aventure à utiliser autant de média/matériaux différents dans son oeuvre.

    Cela doit donner une sensation de totale liberté car tout est possible et rien n’est interdit. Ainsi on peut s’inspirer sans exception de tout ce qui nous entoure.

    Sur un plan pratique, je constate une fois de plus que les écoles formatrices d’artistes omettent de leur cursus l’enseignement de “cours de réalité.” Ne serait-il pas possible d’intégrer quelques notions utiles sur comment gérer le “métier” d’artiste une fois sortie de la “bulle” des études ?

  2. Pingback: “Respecte ton bus” avec l’artiste BERTHET « Magnifyk75's Blog

  3. Pingback: News & upcoming events | Aloud.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: